Dis moi ce que tu manges…

Nutrition

Vaste sujet ! Trop vaste peut-être même… 

Il y a tant à dire, de nos mauvaises habitudes alimentaires à notre méconnaissance parfois totale des modes de production de notre alimentation. Manger des avocats, c’est peut-être super et plein d’anti-oxydants, mais ça vient généralement du Pérou (si vous êtes nuls en géographie, je vous le rappelle, le Pérou c’est à l’autre bout du monde).


Nos rythmes de vies sont déréglés, déconnectés de toute réalité, du rythme des saisons et de la terre qui nous entoure. Qui mange encore des légumes de saison ? Pire, qui connait les saisons des légumes ? Qui achète ses légumes à des producteurs proches de chez lui ? Qui soutient encore ces agriculteurs ? Qui cultive un potager ? 

Nos vies sont pleines de gadgets qui réfléchissent de plus en plus à notre place et auxquels nous consacrons de plus en plus de temps. Pour nous « simplifier » la vie ? Têtes baissées devant des écrans, dans les rues, les transports. Chez nous. Tout autour du monde. Internet est certes un outil formidable de partage de connaissances, et pourtant, qui sait encore reconnaître les feuilles des arbres et les plantes qui nous entourent lorsque nous allons grimper ? 

En cinquante ans, la part de consommation des ménages consacrée à l’alimentation n’a cessé de diminuer (35 % en 1960 contre 20 % en 2014) et ce malgré un pouvoir d’achat en hausse… Le temps consacré à la cuisine n’a cessé de diminuer, alors que la consommation alimentaire par habitant a constamment augmenté en volume. La composition du panier alimentaire s’est modifiée. Fruits, légumes, viandes et céréales (entre-autres) ont progressé moins vite que les produits transformés et les plats préparés. 

« Cinquante ans de Consommation alimentaire : une croissance modérée, mais de profonds changements » B. Larochette et J. Sanchez-Gonzalez, division Synthèses des biens et services, Insee Première n° 1568, 2015.


Le début d’un chapitre sur la nutrition commence peut-être par là, bien avant de débattre sur les bienfaits des noix, de la spiruline ou la supplémentation en bêta-alanine…

En France il est simple de bien manger, et ce n’est pas réservé aux gros salaires. Vous n’êtes pas obligé d’aller au biostore machin (renseignez-vous sur les AMAP par exemple). Partout dans l’hexagone, autour de nous, se développent des alternatives qui respectent la Nature, les producteurs et les consommateurs. Partout…

La grande distribution ne vous veut probablement pas du bien. Il semblerait qu’elle ne connaisse même pas le goût d’une tomate…