Quelle méthode choisir ?

Alias, comment entrainer la force à doigts ?

Ici pas de mystère, la poutre va être votre meilleure amie. En bois (parce que la résine c’est moche, que ça broute la peau et qu’il y a assez de plastique dans nos vies), installée dans un point central de votre maison ou appartement (l’avoir sous les yeux pour rester motivé et ne pas avoir à dégager des cartons poussiéreux pour y accéder lorsqu’elle est au fin fond de votre cave sont des points importants). Avec un peu d’ingéniosité, de créativité (ou simplement une recherche internet…) tout le monde peut en fixer une, et ce partout (un exemple « sans clou ni vis »).

Pour ma part j’ai attaché une photo de Güllich au sommet mais ce n’est pas obligatoire…

Une poutre (aka fingerboard) est un outil spécifique dont le but est justement de travailler votre force à doigts. Même si d’autres systèmes existent (pan Güllich, system board, no-hangs), la poutre est sans discussion aucune l’un des meilleurs outils en matière de travail isométrique des fléchisseurs des doigts. De nombreux aspects peuvent y être soigneusement et précisément contrôlés afin de produire les effets escomptés (type de préhension, intensité, etc.). Moyennant un certain degré d’attention (échauffement progressif entre-autres), les risques de blessures peuvent y être maîtrisés et donc minimisés. Enfin, c’est un outil relativement basique, facilement bricolable, petit et transportable. Cette spécificité et l’intensité de travail font qu’en 1h, échauffement compris, vous allez avoir votre compte. C’est donc un entrainement facilement réalisable chez soi.


Quel exercice choisir ?

Il existe une pléthore de possibilités pour développer votre force à doigts. Même si la majeure partie de ces exercices se font sur une poutre, on dénombre différents protocoles, certains bons, d’autres plus discutables. La question n’est pas vraiment de savoir quel est le meilleur protocole (chacun aura sa spécificité), mais plutôt d’en choisir un et de s’y tenir. 

Les débutants (en escalade ou en poutre) doivent éviter de se lester (vos tendons ne sont pas prêts et risquent de ne pas supporter ces nouvelles sollicitations…). Si c’est votre cas, ne vous creusez pas trop la tête pour savoir quel protocole choisir, les stimuli étant nouveaux, vous allez bénéficier de n’importe quelle méthode. Je vais présenter ici quatre grands types d’exercices (dont découle toute une flopée de variantes), certains clairement orientés force, d’autre plutôt force endurance (ou endurance de force). Vous pouvez considérer faire 2 séances par semaine avec un minimum de 48h entre chacune.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Note : 8″ = 8 secondes 8′ = 8 minutes

Le classique « Force Max »

Facile à mettre en place. Efficace. 

Vous allez trouver la charge (lest) suffisante pour tenir 13″  une réglette de 14 à 20 mm.

L’exercice consiste en 5 à 8 suspensions de 10″ avec au minimum 3′ de récupération entre chaque suspension.

En résumé : 5-8 X 10″ suspension, R.3′.


La méthode Eva Lopez  

Ma préférence personnelle, car c’est celle qui tend vers un développement maximum de la force (« On n’a jamais trop de force » disait W.Güllich).

A déconseiller à quiconque est débutant et/ou a peu d’expérience d’entrainement sur poutre. A contrario vous n’entrainez qu’une préhension à la fois et par cycle (en règle générale en semi-arquée), ce qui peut être limitant… Cette méthode est réservée aux grimpeurs ayant déjà une forte expérience d’entrainement en force à doigts et un bon niveau (>8a en falaise).

Eva Lopez est un peu ma training guru, j’apprécie considérablement son approche scientifique en matière d’entrainement. Elle propose un protocole complet qui combine suspensions lestées max et suspensions sur prises de taille minimum, le tout intégré à une planification sur 9 semaines. L’intérêt est de développer votre force max pendant les 4 premières semaines. L’exercice sera toujours le même, d’intensité quasi maximum, seul le nombre de suspensions va varier. Viendra une semaine de transition et de repos, avant d’attaquer 4 autres semaines où cette fois-ci vous allez réduire la taille de la réglette (plutôt que de vous lester). Le but est de chercher à développer votre capacité à tenir des micro-prises mais aussi votre aptitude à générer le maximum de force le plus rapidement possible (adaptations neurales : recrutement d’un maximum de fibres musculaires par exemple).

En pratique, vous allez vous lester les 4 premières semaines. Lors de chaque séance, vous allez chercher à trouver la charge vous permettant de tenir la préhension 14″ au maximum. Mais vous n’allez vous suspendre que 10″ (voir : « Effort Level »).

Les 4 dernières semaines (semaine 6 à 9), vous allez réduire la taille de la prise, faisant en sorte d’être capable de la tenir entre 9 et 11″. Mais comme précédemment, vous n’allez vous suspendre que 8″. Pour ce faire, vous pouvez fabriquer / acheter des réglettes type « micro » (6/8/10 mm) ou tout simplement utiliser des lamelles de carton pour « bourrer » la préhension utilisée sur votre poutre, et donc réduire sa taille (méthode du pauvre testée et approuvée).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Un lien vers l’étude d’Eva Lopez qui a préfiguré ce protocole :
« Comparison of the Effects of Three Hangboard Training Programs on Maximal Finger Strength in Rock Climbers », E. López-Rivera & J. J. González-Badillo, 2016. et sur son blog.

Les suspensions intermittentes (alias « repeaters ») 

Très populaire, on en trouve plusieurs variantes, notamment celle des frères Anderson (voir leur bible « The Rock Climbing Training Manual » aux éd. Fixed Pin). En cherchant à reproduire le processus de contraction / relâchement observé lors de l’escalade, ce protocole s’adresse plutôt aux falaisistes car il est plutôt orienté force-endurance.

Observez un cycle de 8 semaines minimum (López-Rivera, E., and González-Badillo, J.J. (2016), « Comparison of the Effects of Three Hangboard Training Programs on Maximal Finger Strength in Rock Climbers »). Ici, on vise davantage des adaptations structurelles (hypertrophie, utilisation du glycogène etc.) que des adaptations neurales.

Choisissez 3 à 7 préhensions différentes (pensez aux bi-doigts, aux bi’s pistolet, aux pinces etc.). 

Chaque série se compose de 6 suspensions (de la même préhension) de 7″ chacune, suivies par 3″ de repos. 

Une série équivaut donc à une minute (faites vous-même le calcul…). Si nécessaire, lestez-vous afin que chaque série soit suffisamment difficile mais réalisable. A la fin, reposez-vous 3′, puis recommencez avec une autre préhension, et ainsi de suite.

Donc (3-7X) 6X 7″ suspension, R.3″ – (R.3′)


La méthode Horst « 7-53 »

Cette méthode cherche à développer la force maximum et à favoriser la puissance aérobie (en stimulant la resynthèse de l’ATP-CP du système anaérobie alactique), en utilisant des repos qui ne sont pas complets (53″).

En pratique, suspendez-vous 7″ (sur une préhension suffisamment petite ou en vous lestant afin de pouvoir tenir 10″ au maximum), puis reposez-vous 53″. Répétez cela deux fois. Reposez-vous 3′ à 5′, puis recommencez une autre série sur une autre préhension (une bonne base est de faire une série en tendu pour commencer et une série en semi-arqué ensuite). Et ainsi de suite jusqu’à 5 séries au maximum (prenez alors de longs temps de repos entre les séries, plutôt 5′).

(2-5X) 3X 7″ suspension, R.53″– (R. 3′ à 5′)

crédit : « Training for climbing: the definitive guide to improving your performance » de E. Hörst, éd. Falcon, 2016.