Que la force soit avec toi

 En se contentant de grimper régulièrement, débutants ou pratiquants irréguliers peuvent acquérir davantage de force. Néanmoins les grimpeurs plus expérimentés, s’ils veulent continuer de progresser dans ce domaine, vont devoir se diriger vers un entrainement de leur force max ciblant particulièrement les fléchisseurs des doigts (et leurs tendons), la pratique ne se suffisant plus à elle-même.

Afin d’obtenir des gains de force, il faut considérer travailler cette qualité au sein d’un cycle. Ce qui veut dire qu’une séance par-ci par-là ne va pas suffire à vous rendre plus fort, comptez plutôt 4 semaines (minimum) à raison de 2 séances / sem.

En matière d’intensité, on travaillera toujours proche de son maximum.


Notez qu’il a été montré qu’entre un exercice à intensité max amené jusqu’à l’échec et un autre à intensité similaire mais en se gardant une légère marge (3″) avant le dit échec, les gains en matières de forces sont similaires, tout en réduisant risques de blessures, de surentrainement et en facilitant le repos (Davies T., Orr R., Halaki M., Hackett D. : « Effect of Training Leading to Repetition Failure on Muscular Strength: A Systematic Review and Meta-Analysis », Sport Med, 2016).

La force est un travail qualitatif, les séances sont très courtes et spécifiques. A contrario un entrainement trop intense va engendrer tellement de fatigue nerveuse et de dommages cellulaires que votre temps de récupération va être augmenté d’une telle manière qu’il en influencera la surcompensation.